Le voyage nothombien
Bienvenue sur le voyage nothombien.
Merci de vous connecter ou de vous enregistrer.
Bonne visite sur le forum!

Le voyage nothombien


Partagez | 
 

 "Amélie Nothomb" par Damien Dhondt

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Francoy
Ethel
Ethel
avatar

Messages : 378
Date d'inscription : 31/05/2010
Age : 26
Localisation : Lille

MessageSujet: "Amélie Nothomb" par Damien Dhondt   Sam 12 Nov - 11:35

J'ai trouvé 2 interviews de Damien Dhont, je ne sais pas si je suis dans la bonne catégorie mais je vais les poster en 2 fois.

Voici la première :

"D.D. : Comment êtes vous entrée dans le monde de l’écriture ?

A.N. : Jamais je n’aurais pensé à montrer mes livres à qui que ce soit s’il n’y avait pas eu le colossal échec japonais. Quand j’ai quitté cette entreprise japonaise j’avais vingt-trois ans et je me suis dit "Bon, et maintenant que tu as tout raté. Que vas-tu faire ? Tu n’es pas bonne à rien. Comment vas-tu gagner ta vie ?" Considérant que je n’avais rien à perdre j’ai tenté cette chose ridicule qui consiste à vouloir vivre de sa plume et ça a marché. J’avais déjà écrit auparavant mais pas du tout dans le but d’être publié ni même d’être lu. J’écrivais parce que j’avais besoin d’écrire. Je n’ai jamais écrit autre chose que des romans, mais ce n’était pas du tout destiné à être publié et ils ne le seront jamais. "Hygiène de l’Assassin" est mon premier roman publié et c’est le 11° écrit. En ce moment je suis en train d’écrire le 38°. Nombre d’entre eux n’ont pas été montrés et ne le seront pas. Deux mois après d’avoir fini d’écrire le livre je le reprends. Je le relis et c’est à ce moment que je le comprends. A ce moment je me pose la question de savoir s’il est destiné à quelqu’un ou seulement à moi. Je tiens à faire ce choix toute seule et jusqu’à présent je ne crois pas m’être trop trompé.

D.D. : Est-ce qu’on peut espérer... ?

A.N. : Non. On peut espérer d’autres livres mais ceux qui ne sont pas destinés à la publication et ne le seront pas. Ils ne sont pas si monstrueux qu’on ne peut pas les montrer mais j’ai l’impression qu’il n’y a rien à partager en eux, qu’ils ne s’adressent à personne. De plus je vois que certains de mes manuscrits sont ratés, mais ce sont mes enfants, si on voit qu’on a fait un enfant nul est-ce qu’on va le jeter ? Il m’est impossible de détruire mes manuscrits parce que se sont tous mes enfants et on ne peut pas détruire ses enfants. Pourtant je ne voudrais à aucun prix qu’ils soient publiés, jamais ! Donc je suis allé voir un notaire en lui expliquant que je voulais, par clause testamentaire, que ces manuscrits ne soient jamais publiés. Il m’a dit "Tout ce que vous voulez mademoiselle mais cinquante ans après votre mort vous perdez de toute façon tous les droits sur ce que vous avez écrit". On peut se dire que 50 ans après ma mort plus personne ne se souviendra de moi. Donc cela n’a aucune importance. Mais dans l’éventualité où quelques tordus se souviennent encore de moi et que ces oeuvres innombrables tombent dans le domaine public cela me fait dresser les cheveux sur la tête. D’où le problème métaphysique, technique et juridique que je pose à tout le monde et j’attends les suggestions : comment faire pour ne pas détruire les manuscrits et cependant pour les rendre inaccessibles ? J’ai déjà eut quelques suggestions brillantes comme suivre l’exemple des Egyptiens et me faire embaumer avec mes écrits. J’en attends encore d’autres.

D.D : Comment vos oeuvres parviennent-elles à maturité ?

A.N. : Cela prouve bien que c’est un accouchement tout à coup je vois qu’il est sorti tout entier et c’est vrai que cela fait une drôle d’impression. On se sent vide et angoissé mais heureusement je retombe enceinte tout de suite.

D.D. : S’agit-il de premiers jets ?

A.N. : Il y a énormément de ratures dans mon cerveau, mais très peu sur le papier. J’écris sur des cahiers d’écolier au bic. Trois mois c’est l’accouchement proprement dit et je ne compte pas dans ces trois mois, les mois de lutte avec mon éditeur pour diverses virgules et autres histoires.

D.D. : Et une fois arrivé à la publication ?

A.N. : C’est une angoisse considérable. Mais c’est aussi merveilleux car on ne sait jamais comment un livre va être reçu par ses lecteurs et c’est très bien car cela prouve que ce ne sera jamais un business. Si on pouvait savoir ce que le lecteur allait aimer on pourrait faire des produits marketing mais c’est impossible parce que personne ne sait ce que le lecteur va aimer.

D.D. : Dans "La métaphysique des tubes" nous apprenons que vous avez la particularité d’être née à l’état de Dieu mais d’avoir été considérée comme un légume.

A.N. : Je pense comme les Japonais que jusqu’à l’âge de trois ans on est un Dieu. La plupart des Japonais sont logés à cette enseigne parce que les tous petits enfants japonais sont traités comme des dieux et à trois ans on quitte cet état de divinité parce qu’on entre en maternelle et les maternelles japonaises je les ai faites. Je suis restée au Japon jusqu’à mes cinq ans. Ce n’est pas rigolo du tout. C’est terrible. On est déjà sélectionné. On est mis à l’épreuve et les enfants s’en rendent compte. Ils savent déjà que les enjeux sont terriblement importants et que c’est vraiment fini de rigoler. C’est vraiment dur de les traiter comme ça. Ceci dit faut-il remettre en cause les trois premières années ? C’est plutôt la suite qu’il faudrait remettre en cause. Le Dieu que j’étais ne voulait pas parler, aussi on me croyait un légume. Mes parents avaient fait preuve de beaucoup de philosophie. Ils avaient consulté un médecin qui leur a dit "mais c’est très grave, cela ne va pas du tout, il faut la mettre à l’hôpital". Mes parents ont réagi avec beaucoup de nonchalance en se disant somme toute que les légumes aussi avaient le droit d’exister. Ils avaient déjà deux enfants normaux et un troisième inerte cela ne les dérangeait pas. C’était reposant. C’était un spectacle agréable et finalement ils n’ont rien fait du tout et il semblerait qu’ils aient eu raison parce que je ne sais pas ce qui se serait passé si les médecins s’étaient penchés sur mon cas. Finalement je me suis réveillé et donc je crois qu’ils ont eut raison. Cela pourrait être un des enseignements du livre : qu’il ne faut pas comparer son enfant aux autres, chaque enfant a son rythme, s’il se réveille à deux ans cela n’est pas plus grave.

D.D. : Vous avez un souvenir assez net de votre état de Dieu.

A.N. : Le souvenir est authentique. Si d’autres pouvaient se souvenir ils se souviendraient de choses miraculeuses comme apprendre à lire et qu’on apprend tout seul à et âge là. Je ne pense pas qu’ils s’en souviennent. J’espère que ce livre va permette aux autres de s’en souvenir. Mon dernier livre est plus particulièrement un travail de définition du monde, plus précisément dans le cas de petit martien, puisque je pense que l’on naît à l’état de petit martien qui doit mettre un nom sur les choses. C’est un travail de première définition du monde. Mes livres sont un prolongement de l’enfance. C’est un moyen de trouver enfin le réel. On quitte le domaine de la métaphysique pour entrer dans le domaine de la physique. A partir de deux ans et demi cela ne me paraît pas impossible de se souvenir. A travers les discussions que j’ai pu avoir avec d’autres je me suis rendu compte que j’étais loin d’être la seule. Avant je ne me souviens pas de grand chose, mais à partir de deux ans et demi cela ne me paraît pas incroyable. C’est plus de l’ordre de l’impression que celui du souvenir. En descendant le plus possible dans mon sous-marin je ne peux prétendre avoir trouvé des souvenirs sur l’état de Dieu ou de légume, mais quand même une impression. J’ai essayé de la mettre en mots. Maintenant allez savoir ce qui dans des impressions si reculées relève du fantasme pur ou de la réalité.

D.D. : Dans ce livre vous choisissez de mourir.

A.N. : Cela me parait une attitude tout à fait compréhensible de la part d’un tout petit enfant. Je suis sur qu’il doit y en avoir. Ils ne sont pas répertoriés parce que les petits enfants n’ont pas les moyens d’exprimer qu’ils sont en train de se suicider mais je suis sur que ce doit être assez fréquent. Le tout petit est près de la mort, parce que si on est d’accord pour dire qu’on va vers la mort on doit être d’accord pour dire qu’on en vient. Le petit enfant est aussi en situation de choix. Il n’est pas encore sur qu’il ait accepté de vivre, donc je comprends qu’à un moment il aborde la possibilité de refuser de continuer.

D.D. : On a l’impression que vous avez une fascination pour le plaisir et l’horreur.

A.N. : Quand on est dégoûté par quelque chose on ne comprend pas et du coup on regarde encore plus. De là il y a peut-être une forme de plaisir à ça. Ceci dit dans mes livres le plaisir ne vient pas de la même chose qui dégoûte. Le plaisir vient de la contemplation de la beauté ou alors des chocolats. Il n’y a pas de confusion entre les deux. Ces sensations se confondent rarement.

D.D. : Vous sentez-vous toujours Japonaise ?

A.N. : Le Japon m’a bien fait comprendre que je n’étais pas japonaise. Dans "Stupeur et tremblements" je relate mon retour au Japon et ma tentative de devenir Japonaise. Donc j’ai fini par comprendre que je n’étais pas japonaise et cependant j’ai compris que je n’avais pas de nationalité.

D.D. : Mais aux dernières nouvelles vous êtes Belge.

A.N. : Oui, ce qui est peut-être une manière de ne pas avoir de nationalité. Mais ce qui est certain c’est que je vois où reste le Japon en moi et je vois qu’il occupe encore pas mal de terrain. De tous les pays c’est celui qui m’a le plus imprégné. C’est le Japon qui m’a appris qu’il existait une différence sexuelle et que cette différence posait problème à pas mal de gens, pas à moi.

D.D. : Savez vous si Fubuki Mori a lu votre livre ?

A.N. : Il est à craindre qu’elle ait eut accès à mon livre et qu’elle l’a lu. Je ne veux pas le savoir. C’est un cas où je suis tout à fait Japonaise. Je suis restée une petite employée qui crève de trouille de l’opinion de mon ancien supérieur. Ce qui est certain c’est que cela ne va pas lui plaire. Mais ce n’est pas du tout un livre contre elle.

D.D. : Y a t-il eu une réaction japonaise à la parution de "Stupeurs et tremblements" ?

A.N. : Il est en train de paraître au Japon. Mais avant même d’être traduit, il a provoqué énormément de réaction au Japon et cela c’est un excellent côté des Japonais. Contrairement aux autres Asiatiques ils s’intéressent profondément à ce qu’on pense d’eux. Les Japonais sont curieux dans l’absolu, mais aussi curieux de l’image qu’ils renvoient. Alors bien évidement le livre n’a pas fait plaisir à tous les Japonais, mais cependant il a fait plaisir à certains. C’est évident que c’est un livre qui n’a pas fait plaisir aux chefs d’entreprise japonais. Mais beaucoup de petits employés et surtout de petites employées m’ont écrit des lettres extrêmement chaleureuses.

D.D. : Pensez-vous que ce livre va changer la mentalité japonaise ? .

A.N. : C’est impossible. Il faudrait que je sois démesurément ambitieuse et prétentieuse pour imaginer que mon livre va changer quoi que ce soit à la mentalité japonaise. C’est déjà bien que cela les mette au courant de ce qu’un étranger peut penser d’eux, mais delà à les faire changer je ne crois pas.

D.D. : Dans "La métaphysique des tubes" vous décrivez un personnage qui garde une rancune féroce pour l’Occident à l’égard des Blancs, des Américains, qui non seulement la conserve depuis la guerre mais l’exprime. Est-ce que c’est quelque chose qui existe encore vraiment au Japon ?

A.N. : C’est certain que beaucoup de Japonais âgés peuvent avoir cette attitude. Des Japonais qui ont connu l’humiliation de la défaite de 45 et en particulier les bombes atomiques. On peut comprendre qu’ils les aient très mal digérées mais ceci dit avec les jeunes Japonais c’est un problème que je n’ai jamais eu, même si on sent les rapports ne sont pas si simples, mais cette espèce de haine de l’étranger je ne l’ai rencontré que chez les Japonais âgés.

D.D. : Comment avez vous vécu le passage de déité à celui d’obscure employée ?

A.N. : Oui passer de Dieu à Dame Pipi c’est vrai que c’est vraiment le grand écart. Je pense que je l’ai vécu de la seule façon possible, c’est à dire avec humour. Quand on est un Dieu et qu’on se rend compte qu’on ne l’est vraiment pas du tout, de moins en moins, il n’y a pas trente-six solutions, soit on se suicide ou bien on devient autiste, soit on se dit que mieux veut en rire, je crois que j’ai choisi la deuxième solution.

D.D. : On s’aperçoit que les Japonais n’aident pas ceux qui sont en danger.

A.N. : Ce serait contracter une dette beaucoup trop grande vis à vis de vous donc si on prend leur point de vue, pourquoi leur donner tort ? C’est vrai que c’est une façon jusqu’au-boutiste de respecter le destin mais pourquoi pas ?

D.D. : Comment trouvez-vous les noms et prénoms de vos personnages qui sont souvent assez originaux ?

A.N. : Dans le dernier cas c’était très facile il suffisait de prendre ceux de la réalité, mais dans d’autres cas où on effet on trouve des prénoms assez remarquables, j’ai chez moi des encyclopédies du XIX° siècle dans lesquelles on trouve des listes de saints à n’en plus finir. Ces saints qui ont des noms formidables et je trouve qu’il faut illustrer certains de ces saints en racontant leur vie.

D.D. : Votre oeuvre pourrait laisser apparaître une certaine fascination pour les monstres.

A.N. : Nous avons tous un monstre en nous mais nous n’avons pas le courage de le montrer.

D.D. : Je pense en particulier à votre héros d’"Attentat".

A.N. : C’est le personnage le plus laid du monde. C’est vrai que je suis allé très loin dans la laideur. Dans les autres romans je pense avoir atténué certaines réalités. Ceci dit le monde est bizarre. Si vous saviez les lettres que je reçois. Personne n’est normal et c’est formidable. Si je me mettais à écrire les histoires de mes lecteurs j’aurais de sacrés livres devant moi mais jusqu’à présent je respecte leurs secrets et je vais continuer.

D.D. : Que pensez-vous de l’adaptation cinématographique de "L’Hygiène de l’assassin" ?

A.N. : Oh là là ! Heureusement personne n’a vu ce film. La toute première fois que j’ai vu ce film c’était en avant-première j’ai pleuré et la deuxième fois que je l’ai vu, deux semaines plus tard, j’ai rigolé. Voilà tout est dit.

D.D. : Il paraît que les droits d’auteur des "Catalinaires " auraient été achetés.

A.N. : Les droits ont été achetés en 96 par Pierre Grannier Deferre qui chaque année me confirme qu’il va le faire. J’attends toujours.

D.D. : Quelle a été la réaction de vos proches pour vos romans autobiographiques ?

A.N. : Souvent beaucoup d’étonnement, parce que les plus proches _ le père, la mère, la sœur, le frère _ ont appris beaucoup de choses sur quelque chose qu’ils croyaient connaître. Par exemple ils n’étaient pas au courant pour la tentative de suicide. Je précise que parmi mes neuf romans publiés six ne sont absolument pas autobiographiques mais même pour ceux qui sont autobiographiques je parle de roman car c’est ce dont il s’agit à partir du moment où le travail d’écriture l’emporte sur mes faits qui sont racontés. Avec l’argument de la réalité on pourrait aller très loin. Céline n’aurait pas écrit beaucoup de romans.

D.D. : Ecrivez-vous des nouvelles ?

A.N. : J’en ai écris très peu de toute façon je remarque que les choses dont je tombe enceinte ont toutes à peu près le même format entre 150 ou 200 pages et cela m’est difficile de tomber enceinte d’autres formats.

D.D. : Certains vous ont reproché de faire trop de dialogue.

A.N. : Cela me parait aussi curieux que si on reprochait à un soprano de chanter soprano. Je ne vois pas en quoi un dialogue est un reproche, c’est un registre c’est tout. Le dialogue s’inscrit dans une très très longue tradition cela a commencé avec Platon. Est-ce qu’on a reproché à Platon d’avoir écrit trop de dialogues ?

D.D. : Croyez-vous que votre oeuvre se retrouvera un jour comme sujet dans le milieu scolaire ?

A.N. : Cela a déjà commencé et j’espère que les élèves ne m’en voudront pas. Je dois dire qu’être sur la liste du Goncourt m’a fait très plaisir. Mais on ne sait jamais très bien pourquoi on y est, tandis que si on est sur la liste du Goncourt des Lycéens une chose est certaine c’est qu’on n’y est pas suite à une combine ou à un snobisme. Moi ce qui me fait peur c’est de dégoûter ces malheureux élèves qui auraient des raisons de m’en vouloir. Mais c’est le destin d’un livre d’être disséqué.

D.D. : Après avoir été Dieu qu’elle effet cela vous fait d’être aussi connue ?

A.N. : C’est très curieux. Je n’aurais jamais imaginé qu’une chose pareille arrive. Elle est arrivée et ce n’est pas une catastrophe. Il y a des côtés très agréables et très émouvants d’autant plus qu’avant ce succès j’étais quelqu’un de terriblement solitaire et qui en souffrait. Être dans la situation inverse cela fait du bien, en même temps il y a des côtés angoissants mais il y a plus d’avantages que de désavantages. Je ne pense pas que cela m’ait changé, cela a changé des choses comme mon niveau de vie mais intérieurement cela ne m’a pas changé du tout.

D.D. : Du fait de votre succès vous vous retrouvez souvent devant les caméras de la télévision.

A.N. : C’est assez inégal. Quand j’ai vu Laurent Ruquier je me suis dit "oh il est sympa je vais y aller", mais on se serait cru sur TF1. Si j’avais pu savoir à l’avance que cela serait comme ça je n’y serais jamais allé. C’était d’un niveau pitoyable, avec du sensationnel et du mauvais goût. Je me suis montré le plus polie possible_je suis extrêmement japonaise_ mais ma façon d’être extrêmement polie avec eux était de souligner combien ils étaient impolis. La télévision est à chaque fois une épreuve. L’émission de Pivot était très bien mais je ne vous raconte pas l’état d’angoisse dans lequel on arrive chez Pivot parce que c’est une telle institution qu’on a l’impression de passer au tribunal. Je ne sais pas si cela s’est vu mais au moment où j’ai senti que cela aller être mon tour de parler mon cœur s’est mis à battre si fort que j’ai vraiment cru que j’allais y passer.

D.D. : Quelle est la genèse du roman "Péplum" ?

A.N. : Cela a commencé comme dans le livre, à savoir un réveil chirurgical post-anesthésique et dans l’état où j’étais entre sommeil et éveil je me suis mis à penser à Pompéi et à me dire que ce qui est arrivé à Pompéi n’était pas possible.

D.D. : Dans ce livre de science-fiction vous écrivez que vous n’écrivez pas de livre de science-fiction.

A.N. : Je pense que c’est une parodie de livre de science-fiction, mais c’est une manière comme une autre de faire partie de la science-fiction.

D.D. : Est-il vrai que, comme vous l’avez écrit dans ce livre, votre éditeur vous pousse à écrire des biographies historiques et de la science-fiction ?

A.N. : Jamais de la vie, mais on a le droit de se moquer de son éditeur. C’est même un devoir.

D.D. : Comment vous est venue l’idée des "accumulateurs orgastiques" ?(1)

A.N. : C’est venu tout seul, en réfléchissant gravement aux problèmes de l’énergie je me suis dit qu’il y avait peut-être là des déperditions.

D.D. : Vous traitez souvent de la beauté et de la laideur. Dans "Péplum" les laids ne peuvent faire partie de l’Oligarchie. Vous êtes préoccupé par l’esthétisme, la beauté.

A.N. : C’est aussi une façon d’être Japonaise. Ceci dit est-il nécessaire d’être Japonaise pour se préoccuper de ces questions ? La beauté est une chose tellement importante qu du coup on s’y intéresse beaucoup ainsi qu’à la laideur qui est son pendant. Madame Bernardin, je l’ai vu apparaître en écrivant "Les Catalinaires". Je connaissais mon histoire et pourtant je n’avais pas vu que le voisin était marié. J’écrivais et tout à coup j’ai vu surgir madame Bernardin qui était une sacrée explication quand on sait que le voisin est marié et quand on voit avec quoi il est marié.

D.D. : Pourquoi avoir supprimé le Sud ?

A.N. : Il est clair que ce n’était pas ma volonté, mais j’ai bien l’impression que c’est ce que nous sommes en train de faire. Alors mon XXVI° s. n’est finalement qu’une caricature que notre fin de XX° s, parce que nous sommes réellement en train de tuer le Sud.

D.D. : Dans le roman s’agit-il d’un anéantissement ou d’une fermeture totale des frontières ?

A.N. : Un anéantissement pur et simple.

D.D. : Cela n’aurait pas été une solution plus simple de faire un nouveau rideau de fer ?

A.N. : Mais là, c’est la solution du XXVI° s., donc on détruit purement et simplement.

D.D. : Dans "Péplum" vous avez également supprimé tous les membres de l’Académie Française ?

A.N. : Oh pas par méchanceté profonde, par facétie ? Peut-être parce que je m’interrogeais encore quant à leur utilité, mais depuis qu’ils m’ont donné un prix... Ils n’ont pas été rancuniers comme vous avez pu vous en apercevoir (2).

D.D. : Quelles sont les différences entre le Ponant et le Levant ? S’agit-il de civilisations différentes ?

A.N. : Oui, mais il y a moyen de se parler. Si vous lisez "Stupeur et tremblements" vous verrez que ce n’est pas toujours facile (3). Mais c’est possible.

D.D. : Etes vous épileptique comme l’affirme votre interlocuteur ?

A.N. : Non, mais sait-on jamais.

D.D. : Etes vous réellement d’une crédulité maladive ?

A.N. : Ca c’est vrai. Je crois absolument tout ce qu’on me raconte parce que rien ne me paraît invraisemblable. La réalité me parait tellement invraisemblable que quand on me raconte des choses folles je ne les trouve pas plus invraisemblable et je les crois.

D.D. : Donc "Péplum" a très bien pu se produire réellement.

A.N. : Mais cela c’est produit réellement bien sur.

D.D. : Pourriez vous me parler de la glande bizarre qui est dans le cerveau des adultes ?

A.N. : Quand on quitte l’enfance on sent qu’on perd quelque chose en même temps que quelque chose pousse dans le cerveau. C’est peut-être de la culpabilité.

D.D. : "Péplum" est le cas le plus évident de l’utilisation par vous du dialogue. Est-ce une "technique d’acharnement" ?

A.N. : C’est une technique de torture qui est utile, mais pas seulement. C’est encore une des meilleures façons de communiquer les informations.

D.D. : J’ai constaté que votre enlèvement avait eu lieu le 8 mai 1995, qui est le cinquantième anniversaire d’un célèbre évènement.

A.N. : Ce n’est pas tout à fait une coïncidence. Du côté du génocide ils ont aussi été assez fort de ce côté là.

D.D. : Est-ce vous qui avez déclenché la 3° guerre mondiale dans le ghetto ? (4)

A.N. : Ah non, je suis innocente. Ce n’est pas ma faute. Je n’étais qu’un modeste soldat.

D.D. : Et la déclaration de guerre aux Népalais ?

A.N. : Non, pour les Népalais ce n’était vraiment pas moi. Je suis innocente. J’étais la plus jeune de l’armée.

D.D. : Quelle est votre base culturelle dans le domaine de la science-fiction ?

A.N. : Je dirais Philip K. Dick.

D.D. : L’un des plus difficilement compréhensible.

A.N. : Oui, mais le plus admirable, surtout quand il parle d’intelligence artificielle. C’est quand même très fascinant.

D.D. : Lequel de ses romans en particulier ?

A.N. : "Blade Runner" plus que les autres.

D.D. : Quel est votre avis sur le film que l’on a tiré du roman ?

A.N. : Je sais bien qu’il était fâché par le film. Mais j’ai trouvé que c’était un film génial. Bon il y a certainement de grandes différences, mais j’ai bien aimé à égalité les deux.

D.D. : Allez vous écrire d’autres livres de science-fiction ?

A.N. : Je n’en ai aucune idée. Sait-on jamais ce dont on va tomber enceinte, mais pourquoi pas ?

(1) : Dans le XVI° s. que visita Amélie Nothomb les femmes douées de sens civique se font implanter un accumulateur où sont accumulés les flux énergétiques résultant d’une certaine activité physique. Une solution comme une autre à la crise de l’énergie.

(2) : L’Académie française décerna à "Stupeur et tremblements" le grand prix du roman de l’Académie Française

(3) : La modeste employée Amélie Nothomb y reçut d’un de ses supérieurs nippons l’ordre d’oublier sa connaissance de la langue japonaise.

(4) :cf. "Le Sabotage amoureux" où est relaté le conflit qui opposa les enfants des diplomates confinés dans un ghetto au sein même de la ville de Pékin "

Source :
http://www.sfmag.net/article.php3?id_article=501
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Francoy
Ethel
Ethel
avatar

Messages : 378
Date d'inscription : 31/05/2010
Age : 26
Localisation : Lille

MessageSujet: Re: "Amélie Nothomb" par Damien Dhondt   Sam 12 Nov - 11:37

Et voici la deuxième :

"Quel a été le point de départ pour votre dernier roman Acide sulfurique ?

C’est à la suite du énième conversation au sujet de la télé-réalité. On ne peut pas vivre à l’abri. La télé-réalité est partout. C’était la énième fois que j’entendais ce propos rebattu, à savoir que si quelqu’un regardait, c’était pour voir des gens tomber encore plus bas qu’eux.

L’émission "Concentration" est comparable à celle du film "Le prix du danger" avec Gérard Lanvin

Je ne l’ai même pas vue.

Il existe une invention des Frères Lumières qui s’appele le cinéma. En 1982 on pensait que c’était de la science-fiction, que c’était très loin de nous. Mais aujourd’hui ce n’est pas si loin que ça. Comment lirons nous Acide sulfurique dans 20 ans ?

Il y a deux théories. Soit mon livre est de la science-fiction et alors dans 20 ans on dira "cette pauvre Amélie Nothomb qui s’imaginait que cela serait comme ça". Soit mon livre n’est pas de la science-fiction et dans 20 ans on dira : "mais quelle enfant de coeur cette Amélie Nothomb, si elle savait les horreurs qu’on a fait depuis". Donc j’espère vraiment que c’est la première hypothèse.

On voit rarement les organisateurs de l’émission.

Même si les organisateurs sont vraiment des salauds, je prends le point de vue des spectateurs. C’est un sujet beaucoup plus délicat.

Vous affirmez dans le livre que les vrais coupables sont les gens qui regardent.

La vraie question est : comment regarder cela ?

Si une émission de télé-réalité réussissait à avoir 100% d’audience, est-ce que logiquement toutes les autres chaînes n’essayeraient pas de la saboter par tous les moyens ?

Il est certain que les autres chaines essayeraient de la saboter. Mais je ne suis pas certain qu’elles y réussiraient. Est-ce que les autres chaines ont réussi à saboter les émissions déjà monstrueuses qui existent en France, aux Etats-Unis et ailleurs ? L’argument est bon, mais cependant trop optimiste me semble t’il.

Une fois de plus les personnages ont des prénoms originaux. Dans "Acide sulfurique" vous faites remarquer que des gens ont une apparence à s’appeler Aurore, mais que les parents ont tenu à les apppeler Bernadette. Mais on peut évoquer le fait que d’autres ont vraiment une apparence à s’appeler Bernadette.

C’est un autre drame ! Je suis riche de prénoms. Depuis que je suis toute petite je retenais les prénoms qui me marquaient. Je m’achetais une Barbie pour leur donner ce prénom. J’ai enfin trouvé quoi faire de ces prénoms. J’ai écrit des livres avec des héros qui méritaient de tels noms. Donc je continuer à alimenter ma gibecière des prénoms les plus extraordinaires que je rencontre. De toute façon même un prénom nul est une richesse. Un prénom est la première richesse d’un être humain. Dans "L’apprentissage de la vie", le roman de Luc Dietrich, le héros tombe amoureux d’une jeune fille. Il ne sait rien d’elle, mais par un miracle apprend son prénom.

Dans le camp les prisonniers perdent leur prénom.

Quand on a une grande passion on doit s’entrainer à l’ascèse de cette passion. Le précédent livre "Biographie de la faim" témoignait de quelqu’un qui avait la passion de la nourriture et qui s’exerçait à l’anorexie pour cette raison. Ce livre est écrit par quelqu’un qui a la passion des noms et qui va jusqu’à suprimer les prénoms. C’est quand on se prive de quelque chose qu’on comprend mieux la valeur de cette chose.

A la fin on découvre qu’un des personnages s’appelle Pietro Livi.

L’écrivain Primo Levi s’est suicidé en laissant une note de crayon écrite quelques jours avant son suicide "Après Auschwitz il n’y a plus moyen de croire en Dieu" et il parait qu’il a rajouté "du moins s’il y a encore moyen, je ne l’ai pas trouvé". Cette phrase est terrible parceque c’est très beau et qu’il y a quand même un moyen, mais qu’il ne l’ait pas trouvé.

Pensez vous que dans le fonctionnement des faits un livre peut changer les choses ?

Il faut bien que je le crois. Je n’y crois pas du tout. Quelle naïveté faudrait il avoir, surtout quand on écrit des livres depuis si longtemps, pour s’imaginer que cela va changer quelque chose à l’ordre du monde ? En même temps je n’ai pas le droit de ne pas y croire. Je n’ai pas le droit de ne pas faire tout pour que, malgré tout, cela change quelque chose. C’est Don Quichotte. Je soupçonne Don Quichotte d’être beaucoup moins fou qu’on ne le croit, de savoir très bien qu’il ne peut pas venir à bout des moulins à vent et cependant de savoir qu’au nom de l’idéal chevaleresque, qui seul permet de continuer à vivre, il faut quand même combattre les moulins à vent, parceque sinon autant mourir tout de suite. Donc je fais semblant d’y croire.

Il y a une allusion à "Boule de suif". Dans ce monde de Mal le petit espoir repose sur le sacrifice

L’héroïne refuse une certaine forme de sacrifice. C’est un livre sur le Mal. Mais aussi sur l’influence que peut avoir sur le Mal un seul personnage qui n’a aucun pouvoir.

Si le livre est un livre sur le mal une histoire d’amour.

C’est une histoire d’amour impossible qui ressemble à Furyo. On ne peut pas haïr tout le monde. Zetna est un personnage que j’aime énormément, qui commence dans la médiocrité. Au départ elle est parfaitement méprisable et puis un accident lui fait rencontrer la beauté. Le spectacle de la beauté va provoquer en elle une telle admiration. Sur le coup de cette admiration elle va devenir une autre personne et à la fin c’est quand même elle qui sauve l’humanité. Quelqu’un qui est capable de vraiment changer dans sa vie mérite toute notre admiration. Cela m’énerve tellement le nombre de fois où j’ai entendu : "je suis comme ça, je ne peux pas changer". Non, il y a un moyen de changer. En plus le changement que je propose à l’humanité n’est quand même pas un changement délirant. Je demande de changer de chaine.

L’ouvrage se termine sur un violoncelle.

Le dernier mot du livre est aussi le mot "humaine" : l’humanité. C’est un constat à la fois tragique et optimiste. A la fin du livre peut-être que le dernier refuge de l’humanité est la musique. Il y a plus d’humanité dans un violoncelle que dans une émission de télé-réalité.

La musique est-elle au-dessus de la littérature ?

Même pour les analphabètes de mon espèce ( je n’ai aucune culture musicale d’aucune sorte). L’accès à la musique est tellement direct. Il s’adresse à toute la personne corps et âme.

Vous avez écrit les textes de chanson de la chanteuse Robert.

C’est un épisode qui a duré de 1998 à 2001. Elle m’a inspiré des textes. On ne peut pas écrire sans inspiration et il n’y a pas plus mystérieux que l’inspiration. Il y a des chanteurs fomidables qui ne m’inspirent pas du tout. Mettez moi devant un instrument de musique ou un pinceau il n’en sortira que des choses grotesques. Dans ce cas on prend son stylo et on espère qu’au bout de 56 manuscrits il en ressortira une toute petite étincelle de beauté. Quand j’écris l’important c’est le critère rythmique et phonique. Si j’avais pu choisir mon talent j’aurais été compositeur. Mais j’essaie quand même à mon échelon de faire la musique que je peux.
J’aime énormément Chubert, Bach, Hemdel Verdi David Bowie, Björk. Mais je n’ai droit à la musique que quand j’ai fini toutes mes heures d’écriture.

Comment écrivez-vous ?

L’écriture est pour moi un acte d’une violence physique tellement intense que je dois avoir un costume qui convient. Donc j’ai ma tenue d’écriture. Elle est consternante. Elle vise à me maintenir à une chaleur extraordinaire. J’atteinds une espèce d’ère glaciaire intérieure et comme je ne supporte pas cela j’ai une espèce de pijama nucléaire japonais. Comme cela ne me suffit pas j’ai un manteau en laine de Pyrénnées que je porte par au-dessus. Quand j’écris j’ai une allure formidable. Pour le matériel je m’entraine à l’humilité la plus extrême. J’utilise des stylos de dernière qualité, de préférence prémachés par des individus inconnus et des cahiers en papier recyclé. Je pense que j’ai cessé de connaître par coeur mes textes à partir du 21°. Je retravaille mes livres énormément dans ma tête. Mais une fois qu’ils sont écrit je n’y reviens plus

Comment vient l’inspiration ?

C’est un mystère. Le robinet coule toujours. Le plombier ne vient pas (vous savez ce que c’est) et le robinet coule toujours.

Y a t’il une différence entre l’écriture de la fiction pure et celle de l’autobiographie ?

Non, je ne fais pas la scission. L’écriture de l’un et de l’autre est tout aussi intense. "Acide sulfurique" était vraiment un bouillonement de sang. C’est à se demander comment je peux encore en avoir dans les veines. D’ailleurs je n’en ai plus.

Qu’est ce que vous contrôlez qui peut s’améliorer qu’est ce qui reste brut ?

Je ne contrôle pas grand chose. D’autre part il n’est pas vrai que je ne contrôle rien. J’essaie quand même de faire de la musique avec mon hémoragie... C’est une réponse horrible. Imaginez la musique d’une hemorragie. Je préfère ne pas savoir quel bruit cela fait. Cependant dans "Biographie de la faim" il y a une scène très courte qui ne dure une page mais qui est insoutenable. J’avais déjà écrit cette même scène, sauf qu’elle prenait 180 pages. L’évolution d’une hémoragie peut constituer une trace sanglante comme un grand idéogramme de sang qui ne fasse qu’une page.

Comment est née votre vocation d’écrivain ?

Oh vous savez quand on est bon à rien.

Que pense votre famille ?

Ma famille au sens large "clanique" est plutôt consternée. Le petit cercle ( papa - maman - frère - soeur) eux sont vraiment contents.

Vous attendiez vous à une telle réaction, une telle polémique autour de ce nouveau roman ?

Franchement non, il y a eu un formidable succès public. Je n’en sais rien sincèrement. Je pense que c’est dur pour la télé. Mais les gens qui ont eut un lien avec les camps de concentration ont formidablement réagi. Je me doutais qu’on me poserait des petits problèmes. Mais le seul risque cela aurait été que le livre ne sorte pas. Donc je suis d’emblée rassurée, même si je vois que les réactions sont violentes et que je n’en ai certainement pas fini avec les insultes. Le pire risque aurait été la non-publication du livre.

Dans l’émission "Le masque et la plume" on vous a reproché de médiatiser des évènements de l’univers concentrationaire, alors que ceux qui les ont vécu n’en ont jamais parlé

Justement, les gens qui ont vécu de cela ne me le reprochent pas. Je trouve très singulier les gens qui sont scandalisés au nom des autres ! Qu’ils laissent les autres parler. Que les gens soient scandalisés pour eux mêmes. Comment peuvent-ils préjuger de l’indignation d’autrui ? Il y a une dame rescapée de Birkenau qui ne jure que par "Acide sulfurique", peut-être parce quelle a compris que nous ne sommes pas à l’abri pour toujours de cette chose horrible. Je pense qu’il faut se souvenir de cela et que nous ne sommes pas hors de danger.

Comment avez vous réussi à ne pas réagir, à garder une certaine distance ?

Il y a 13 ans, quand j’ai publié mon premier livre, je me doutais que j’aurais des insultes. Je me demandais comment je réagirais face aux insultes, si j’aurais l’attitude ? Et c’est là que le Japon m’a servi. Au Japon on apprend à encaisser. On vous traite de moins que rien, de ver luisant, de rat, de serpent et on encaisse. On apprend à être impavide et somme toute ça marche. Mais il y a peut-être un stade d’explosion. Peut-être y a t’il quelque part dans le corps une vésicule qui encaisse toutes les injures dans le corps et peut-être y a t’il un stade où cela explose. Imaginez le spectacle de l’explosion et toutes les insultes qui en sortiraient.

Quel est votre sentiment sur le Japon ?

Le plus grand amour, mais bien sur avec toute l’ambiguité, tous les troubles et toutes les colères que peu contenir un grand amour

Les réactions ont-elles une influence sur votre écriture ?

Pas sur ce que j’écris maintenant. Il n’est pas à exclure que toute la violence qui entre en moi influe sur le futur. Mais je ne peux pas dire en quelle proportion.

Quelle a été la réaction de votre éditeur ?

Je ne sais pas s’il savait que je recevrai des insultes. Mais en tout cas il savait que ce ne serait pas lui qui les recevrait."

Source : http://www.sfmag.net/article.php3?id_article=3051

Je les ai trouvé assez intéressantes, peut-être parce qu'elles sont plus anciennes.
J'espère qu'elles n'étaient pas déjà présentes sur le forum Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mrs Lovett
Admin' dont la tonne de chocolat blanc ingurgitée par an n'égale pas celle d'Amélie Nothomb...
Admin' dont la tonne de chocolat blanc ingurgitée par an n'égale pas celle d'Amélie Nothomb...
avatar

Messages : 12025
Date d'inscription : 29/05/2010
Age : 26
Localisation : Chez Meert avec Amélie

MessageSujet: Re: "Amélie Nothomb" par Damien Dhondt   Sam 12 Nov - 12:34

merci françois! ça date de quand?

_________________
Un être qui a compté compte toujours, A.N.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://le-voyage-nothombien.forumactif.org
Nishio-san
Olaf Sildur
Olaf Sildur
avatar

Messages : 3832
Date d'inscription : 02/09/2011
Age : 32
Localisation : Millau dans le sud de la France

MessageSujet: Re: "Amélie Nothomb" par Damien Dhondt   Sam 12 Nov - 14:07

Elle a raison lorsqu'elle parle des souvenirs, d'enfance. En m'enfermant dans une bulle je suis capable de me souvenir de chose que j'ai fait lorsque j'avais 2 ans.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://srkshanti13.skyrock.com
Francoy
Ethel
Ethel
avatar

Messages : 378
Date d'inscription : 31/05/2010
Age : 26
Localisation : Lille

MessageSujet: Re: "Amélie Nothomb" par Damien Dhondt   Sam 12 Nov - 15:53

Désolé je n'ai pas trouvé la date, mais je pense que la deuxième date d'après la sortie d'acide sulfurique car c'est principalement axé la-dessus...

Sinon je trouve les réponses assez intéressantes. Elle dit même qu'elle a écrit 180 pages sur ce moment tragique et bref qui est dans Biographie de la Faim...

Je suis content qu'elle aime Philip. K. Dick, j'adore cet auteur ! Tout comme j'ai adoré Péplum!


En fait j'ai trouvé ces article en tapant "Fubuki Mori" sur Google Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mrs Lovett
Admin' dont la tonne de chocolat blanc ingurgitée par an n'égale pas celle d'Amélie Nothomb...
Admin' dont la tonne de chocolat blanc ingurgitée par an n'égale pas celle d'Amélie Nothomb...
avatar

Messages : 12025
Date d'inscription : 29/05/2010
Age : 26
Localisation : Chez Meert avec Amélie

MessageSujet: Re: "Amélie Nothomb" par Damien Dhondt   Dim 13 Nov - 12:44

Sérieux?! Bon mot clé alors Smile

_________________
Un être qui a compté compte toujours, A.N.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://le-voyage-nothombien.forumactif.org
Nishio-san
Olaf Sildur
Olaf Sildur
avatar

Messages : 3832
Date d'inscription : 02/09/2011
Age : 32
Localisation : Millau dans le sud de la France

MessageSujet: Re: "Amélie Nothomb" par Damien Dhondt   Dim 13 Nov - 13:40

ha bon ? Je suis que si l'on tape d'autre mots ou nom important des livres d'Amélie, il doit y avoir beaucoup d'autre trésors dans le genre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://srkshanti13.skyrock.com
Fractale
Palamède Bernardin
Palamède Bernardin
avatar

Messages : 617
Date d'inscription : 23/08/2010
Age : 34
Localisation : bientot Gisors

MessageSujet: Re: "Amélie Nothomb" par Damien Dhondt   Lun 14 Nov - 1:48

Merci pour ces super interviews! Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://danscemondeflottant.free.fr
Mrs Lovett
Admin' dont la tonne de chocolat blanc ingurgitée par an n'égale pas celle d'Amélie Nothomb...
Admin' dont la tonne de chocolat blanc ingurgitée par an n'égale pas celle d'Amélie Nothomb...
avatar

Messages : 12025
Date d'inscription : 29/05/2010
Age : 26
Localisation : Chez Meert avec Amélie

MessageSujet: Re: "Amélie Nothomb" par Damien Dhondt   Sam 19 Nov - 13:17

Bah j'ai déjà essayé des centaines de trucs c'est dur à la fin, on connait tout!

_________________
Un être qui a compté compte toujours, A.N.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://le-voyage-nothombien.forumactif.org
Nishio-san
Olaf Sildur
Olaf Sildur
avatar

Messages : 3832
Date d'inscription : 02/09/2011
Age : 32
Localisation : Millau dans le sud de la France

MessageSujet: Re: "Amélie Nothomb" par Damien Dhondt   Sam 19 Nov - 14:37

lol oui c'est sur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://srkshanti13.skyrock.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: "Amélie Nothomb" par Damien Dhondt   

Revenir en haut Aller en bas
 
"Amélie Nothomb" par Damien Dhondt
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» "Amélie Nothomb" par Damien Dhondt
» [Nothomb, Amélie] Cosmétique de l'ennemi
» Amélie NOTHOMB
» [Nothomb, Amélie] Hygiène de l'assassin
» Damien Thesee

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le voyage nothombien :: Presse 2011-2012-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit