Le voyage nothombien
Bienvenue sur le voyage nothombien.
Merci de vous connecter ou de vous enregistrer.
Bonne visite sur le forum!

Le voyage nothombien


Partagez | 
 

 metrotime.be

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mrs Lovett
Admin' dont la tonne de chocolat blanc ingurgitée par an n'égale pas celle d'Amélie Nothomb...
Admin' dont la tonne de chocolat blanc ingurgitée par an n'égale pas celle d'Amélie Nothomb...
avatar

Messages : 12025
Date d'inscription : 29/05/2010
Age : 25
Localisation : Chez Meert avec Amélie

MessageSujet: metrotime.be   Mar 6 Sep - 18:56

Tuer le père, c’est un titre provocateur. Votre père en a pensé quoi? Il a lu votre livre?
«Il l’a lu et il a tout de suite compris qu’il était hors de cause. Il a vite été rassuré! J’ai toujours eu d’excellentes relations avec mon père. Il faut prendre le titre au sens symbolique. C’est une formule freudienne, tuer le père. Cela signifie se libérer de l’emprise que même les meilleurs parents du monde peuvent avoir sur leurs enfants. Les parents, même et surtout s’ils aiment beaucoup leurs enfants, ont tendance à projeter sur eux des ambitions, des rêves. C’est inévitable. Mais cela peut être une prison. Je pense que pour devenir adulte, il faut se libérer des rêves que nos parents ont projetés sur nous.»

Et vous, avez-vous la reconnaissance de vos parents, contrairement à votre héros?
«Complètement. Je ne ressemble pas du tout à mon héros, qui est quand même un type assez abominable!»

Comme dans votre livre précédent, vous vous mettez ici aussi (un peu) en scène… Il y a une petite part d’autobiographie?
«Ah non, vraiment pas du tout. Si ce n’est que j’ai assisté à Burning Man 2010. Mais pas du tout de la même façon et puis il ne m’est pas arrivé ce qui arrive au personnage. Non, vraiment pas! En revanche, ce qui est certain, c’est que le fait d’avoir énormément fréquenté des magiciens ces dernières années en France et d’être allée à Burning Man l’an dernier a fortement contribué à mon inspiration. Je ne m’attendais pas du tout à ce que ce festival me bouleverse autant. J’y ai vu des mœurs que j’ignorais. Tout cela m’a beaucoup inspiré.»

Vous aimez jouer avec le feu?
«Ouh là là, je suis d’une très grande maladresse. Et heureusement consciente de ma maladresse. Malgré ma fascination pour l’élément feu, je n’ai jamais joué avec. Allumer un simple feu de bois dans la cheminée me paraît déjà très difficile.»

Et au figuré?
«Ah, j’aime beaucoup le danger, mais encore faut-il que ce soit un danger qui mène quelque part. Le danger qui consiste à écrire un roman me plaît énormément.»

Vous parlez de drogue une fois encore. Vous avez testé?
«Je ne m’appesantirai pas sur le sujet. Disons simplement qu’aller à Burning man sans toucher à une substance psychotrope, c’est un peu comme aller en Inde et ne pas manger de curry.»
Ado, vous vouliez faire quoi comme métier?
«Franchement, à 15 ans, l’unique question que je me posais, ce n’est pas très rigolo mais c’est comme cela, c’est si j’allais vivre ou mourir. La question d’un métier ne se posait même pas pour moi. La question, c’était vais-je appartenir au monde des vivants? Donc je pense qu’adolescente je voulais simplement devenir vivante.»

Vous écrivez: «Le but de la magie, c’est d’amener l’autre à douter du réel». Comme le travail de l’écrivain en fait?
«Je pense que oui. Et c’est en cela que la littérature se rapproche de la magie. L’un de mes buts en écrivant ce livre, c’était aussi de réaliser un tour de magie.»
Et quel est votre secret pour que la magie opère dans vos livres?
«C’est très compliqué, cela tient à énormément de choses. La littérature est un jeu sur les perceptions. On peut faire des espèces de trucages, utiliser des trucs comme les magiciens. J’ai déjà utilisé un vrai trucage dans un de mes précédents livres, ‘Mercure’. Le trucage tient sur beaucoup de choses, sur des perceptions tronquées et aussi sur une certaine rapidité. Je pense qu’un roman basé sur la magie ne peut pas s’appesantir.»

Vos héros n’ont pas cette fois de prénoms biscornus. Un peu banals, presque!
«C’est vrai. Tous m’ont été inspirés par des personnages que j’ai vus là-bas. Ils ne s’appelaient pas comme cela pour de vrai. Mais je me suis dit qu’après tout, ce sont des Américains assez simples, autant leur donner des noms américains courants.»

C’est votre 20e roman. Vingtième rentrée littéraire aussi. Ça vous fait quoi?
«Je vous assure que quand on dit que le temps passe vite, on a tort. Le temps ne passe pas vite du tout. Je les ai vues passer, ces 20 années!»

Votre roman compte 154 pages cette année: un gros bébé?
«(rire) Oui, vous avez raison. C’est plutôt un gros bébé!»

Il est question aussi de réflexion sur la paternité, le sentiment d’être parent. C’est un sujet qui vous préoccupe? Vous aimeriez être mère un jour?
«Personnellement, je ne suis pas parent, je ne le serai pas et je n’ai jamais souhaité l’être. Mais je suis mère de 72 romans. Et cela c’est une chose qui m’occupe beaucoup.»

Source : http://www.metrotime.be/Amelie_Nothomb_magicienne.html

_________________
Un être qui a compté compte toujours, A.N.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://le-voyage-nothombien.forumactif.org
 
metrotime.be
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» metrotime.be

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le voyage nothombien :: Presse 2011-2012-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit